Monseigneur Marc Ouellet n'échappe pas à la tradition québécoise ! Issu d'une lignée de cultivateurs, ses arrières-grand-parents paternels Louis Ouellet (1861-1929) et Marie Ouellet (1864-1935) sont parents au 4° degré, c'est à dire qu'ils sont les enfants issus de cousins issus de germains (droit canon). Mieux encore, les grand-parents de ce Louis Ouellet (1861-1929), Joseph Ouellet (1805-1838) et Marie-Bonne Paradis (1810-1886) sont parents du 4° au 5° degré, ce qui donne ce joli arbre. La raison en est assez simple, tous ses ancêtres partant du premier colon venant de France René Ouellet (entre 1632 et 1644-1722) en descendant jusqu’à Octave Ouellet (1827-?) et Achille Ouellet (1831-1907) sont restés dans la même région de Kamouraska et La Pocatière sur la rive sud du Saint-Laurent, zone extrêmement peu dense en population et ce depuis le début de la Nouvelle-France, encore actuellement la population ne dépasse guère les 700 habitants pour 40 Km2, il est donc normal d'y trouver une forte consanguinité.

Mais ce qui devient surprenant, est la suite, Octave et Achille ont déménagé dans la même région du Lac-Saint-Jean, leurs enfants Louis Ouellet et Marie Ouellet se sont mariés à Ottawa en Ontario ! De retour au Québec, Louis et Marie Ouellet se sont installés en Abitibi-Témiscamingue à la Motte, leur descendance y restera et Mgr. Marc Ouellet y est né.

 

Vous allez me demander pourquoi avoir mis cet article dans la section Famille ? La réponse est simple, car tous les québécois de souche sont cousins, et plus d'une fois. Ma petite Chloé n'échappe pas à la règle, son arrière-arrière-arrière-grand-mère est Rose Ouellet descendante au 5° degré de René Ouellet de son deuxième mariage avec Marie Mignot. Chloé et Marc Ouellet sont donc parents au 10° degré, du 10° au 11° degré, du 11° au 10° degré et au 11° degré. Ils sont aussi parents par les ancêtres Pierre Tremblay (1626- av. 1689) et Abraham Martin (vers 1589-1664) parmi les plus connus des premiers colons québécois.