La généalogie d'Hervé
" Le corps se perd dans l'eau, le nom dans la mémoire.
Le temps, qui sur toute ombre en verse une plus noire,
Sur le sombre océan jette le sombre oubli. "
Victor Hugo

Prologue :

Le village de Saint-Brieux en Saskatchewan (Canada) a été fondé par une trentaine de familles bretonnes en 1904 sur l'initiative de l'abbé Le Floch, celui-ci avait rencontré l'évêque du diocèse de Prince Albert (à l'époque dans les Territoires du Nord-Ouest) l'année précédente lui disant que le Canada était alors à la recherche d'immigrés pour peupler les vastes prairies. La Bretagne était pauvre et c'est ainsi que l'abbé Le Floch a recruté quelques 300 personnes pour venir s'y établir. Le voyage commença le 1er avril 1904 à bord du navire le Malou depuis Saint-Malo (Bretagne) jusqu'à Halifax. La traversée du Canada fut faite en train puis en carriole de la gare de Winnipeg vers Prince Albert. Les familles se sont fait remettre de grandes parcelles de terrains pour former Saint-Brieux en 1904 puis la mission Kermaria en 1906 lorsque toutes les parcelles de Saint-Brieux furent allouées. Ainsi on retrouve actuellement des noms comme les Jézéquel, Crozon, Guéguen, LeBorgne, Migadel, Peleau, Guézille, Jestin, Breton, Laurans, L'Hénaff, Kerleroux et Coutard. Si vous être intéressés à connaitre plus sur l'histoire de ces bretons et de leur établissement, cliquez sur les noms Saint-Brieux et Kermaria.

Emmanuel Victor Auguste Guézille est né le 22 juin 1873 à La Guerche (Ille-et-Vilaine) issu du mariage de Pierre Guézille, négociant en vin, et d'Augustine Poisson. Il fit son service militaire dans le 70e Régiment d'Infanterie du 13 novembre 1894 au 24 septembre 1895. Après deux ans de bons et loyaux services, il reparti reprendre le négoce en vin de feu son père, il s'est marié avec Renée Marie Bréjouin, une fille de son pays, et eurent une première fille prénommée Augustine en 1901. Il a effectué deux périodes d'exercices militaires d'août à septembre 1900 et de mars à avril 1904.

 Famille Guézille à La Guerche, recensement de 1901

Famille Guézille à La Guerche, recensement de 1901

Emmanuel et Renée perdirent leur jeune Augustine en novembre 1901, âgée de treize mois. Je ne sais pas si sa situation professionnelle se portait mal ou bien malgré le fait qu'ils habitaient en plein centre ville, rue du Grand Mail, mais la famille lâcha le négoce du vin et émigra au Canada en 1908. Il faut dire que la propagande bat son plein en Bretagne, les journaux des Côtes-du-Nord, de l'Ille-et-Vilaine, du Morbihan et sans doute du Finistère, racontent la vie des bretons expatriés vers le nouveau monde. Ils se font une nouvelle vie en un an, ils gagnent vite de l'argent, les maisons ont un meilleur confort et le bois de chauffage ne manque pas, la nourriture est à porter de mains, l'exotisme présent avec les animaux sauvages et la population autochtone dont les indiens Crix qui sont leurs voisins ! Le courrier morbihanais du 3 juillet 1904 est un bel exemple de propagande.

Le Courrier Morbihanais 1907

Le Courrier Morbihanais 1907Le Courrier Morbihanais 1907

Le Courrier Morbihanais 1907Le Courrier Morbihanais 1907

 

Emmanuel et Renée plient bagages passant par la côte est des États-Unis, le seul document trouvé de leur voyage est leur enregistrement en 1908 au service d'immigration de St-Albans, ville frontalière dans l'état du Vermont pour le Canada.

Passage frontalier de St-Albans, Vermont (U.S.A.)

Passage frontalier de St-Albans, Vermont (U.S.A.)

Emmanuel et Renée obtinrent une grande terre dans la mission de Kermaria, à l'est du Lac Lenore, plusieurs familles bretonnes y sont déjà installées depuis 1906. Non seulement le déracinement avec la Bretagne est difficile mais la loi sur les conditions d'obtention d'une parcelle de terrain par le gouvernement oblige les propriétaires à être sujets britanniques. La loi a évolué au fil des années mais Emmanuel et Renée arrivent après celle qui doit être la plus perturbante :

Admissibilité
Les colons ne pouvaient accéder à une section de terre que si elles répondaient à certains critères d'admissibilité, la loi sur les exigences d'admissibilité des terres fédérales et ses changements des exigences au fil des ans :

    Avant 1874:  être âgé de 21 ans minimum.
    1874 :  l'âge est passé à 18 ans mais plus jeune si déjà chef de famille.
    1876 :  les femmes peuvent être éligible si elles sont seules et chef de famille.
    1908 :  le colon doit ou promet d'être sujet britannique.

Leur concession se trouve au sud-ouest de la section 4, carreau 41, rang 19, c'est à dire dans la mission Kermaria. Leurs voisins sont les familles de Jean Coutard, de Victor Perrot, de François Péleau, de François Kerleroux, de Goulven Breton, de Jean Laurent, de Louis Gestin, tous bretons et arrivés entre 1906 et 1908 ; un peu plus loin quelques familles originaires d'Angleterre. Le recensement de 1911 précise l'année de leur arrivée dans la colonne 12, on identifie alors facilement les enfants nés ici puisque l'année n'est bien entendue pas renseignée pour eux.

Établissement de la famille Guézille

Établissement de la famille Guézille à Kermaria (Lake Lenore), Saskatchewan.

Carte Kermaria

Carte de la région de Kermaria, 1919 - Sakatchewan

Recensement de Kermaria en 1911, Saskatchewan

La famille Guézille porte le numéro 2. Recensement de Kermaria en 1911, Saskatchewan

Emmanuel et Renée sont à priori bien installés, en 1911 ils ont leur chez-soi, un bébé de six mois prénommé Yvonne et de bons voisins. La famille s'agrandit jusqu'en 1916 puisque Suzanne et Emmanuel Louis suivront leur sœur ainée. Le voisinage a quelque peu changé mais leur plus proches voisins Guéguen, Péleau et Perrot sont encore là. Ils sont devenus sujets britanniques en 1911, la colonne 'sait parler anglais' est notée 'non' pour la plupart des bretons et ils sont tous fermiers.

Recensement de Kermaria en 1916, Saskatchewan

Recensement de Kermaria en 1916, Saskatchewan

La déclaration de la guerre entre l'Allemagne et la France arrive vite, les sujets français au Canada sont au courant des nouvelles des tensions qui règnent en Europe. L'appel des réservistes français au Canada est lancé depuis Montréal. Si quelques colons français rejoignent les rangs anglais par l'intermédiaire de l'armée canadienne, les autres bien que sujets britanniques rejoignent l'armée française soit par obligation, soit par choix. Emmanuel Guézille retourne en France dans sa région, rejoint le 70e Régiment d'Infanterie le 14 août. Il participe à plusieurs campagnes contre l'Allemagne, il est atteint de tuberculose l'année suivante et il sera envoyé à l'hôpital auxiliaire numéro 113 d'Honfleur pendant deux mois puis envoyé à celui de Vitré pour cause d'épuisement, sa maladie ne semble pas disparaitre. Emmanuel est renvoyé dans ses foyers en juillet, considéré inapte au combat.

Extrait de la fiche matricule d'Emmanuel Guézille, Vitré (Ille-et-Vilaine)

En août 1915 il passe seul le service d'immigration américain à New-York en direction Kermaria rejoindre sa famille.

Immigration Emmanuel Guézille New-York 1915

Listes de passagers canadiens, 1915, New-York

La tuberculose a eu raison d'Emmanuel car il décède le 18 janvier 1917 âgé de 44 ans et il est inhumé le 20 à Kermaria.

Inhumation de Emmanuel Guézille à Kermaria

Enregistrement de l'inhumation d'Emmanuel Guézille à la paroisse de Kermaria

 Pierre tombale de Emmanuel Guézille

Pierre tombale d'Emmanuel Guézille

Renée étant maintenant veuve, elle ne peut assurer à elle seule la charge de la grande ferme et décide de retourner en France. Elle est sans doute malade pendant le voyage, peut-être même avant de quitter Kermaria car elle décède dans la paroisse de Sainte-Hélène de Montréal, elle fut inhumée le 28 novembre 1918 à Notre-Dame de Montréal.

Emmanuel Guézille est cité dans le livre d'or de Montréal des français morts pour la France de la première guerre mondiale or aucune mention de cet état apparait dans aucun document. Le Journal de Marches et Opérations du 70e Régiment d'Infanterie, sa fiche matricule et les fiches des militaires morts du site Mémoire des Hommes sont muets sur ce sujet. Le seul espoir d'y voir une telle mention est son acte de décès mais celui-ci n'existe pas, au Canada un acte d'inhumation est un acte officiel suivant le permis de mort signé d'un fonctionnaire de l'état. Pas question de mettre un état de guerre sur un acte religieux d'autant plus pour avoir combattu pour la France et non pour l'Empire Britannique. Quel est donc l'information qui a été servie pour mentionner Emmanuel Guézille mort pour la France ? Sa date de décès ne correspond pas la sienne mais il s'agit bien de lui, il n'y eu qu'une seule famille Guézille à Kermaria et au Canada durant cette période, d'autant plus que son nom apparait sur le monument aux morts “Le Poilu” de la première guerre mondiale du St. Boniface War Memorial à Winnipeg. J'ai pensé que la personne de l'association Sac-au-Dos qui s'occupait des militaires français du Canada a eu un entretien avec Renée en 1918 et il a noté la date de passage de celle-ci.

Livre d'Or des Réservistes Français du Canada. Montréal

Emmanuel et Renée ont eu une autre fille avant d'aller au Canada, il s'agit de Françoise Valentine née en novembre 1901 à La Guerche, elle n'est jamais venue au Canada car elle n'apparait pas sur les documents d'immigration de 1908, de même que sur les recensements canadiens de 1911 et 1916. Chose curieuse, elle est aussi absente du recensement de 1906 à La Guerche. Pourtant elle a bien existé : elle s'est mariée à plusieurs reprises en France, ses dates de mariages surchargent son acte de naissance. Une mention marginale intéressante ouvre une piste quant à prouver qu'Emmanuel est mort pour la France. Françoise Valentine est adoptée par la Nation par le tribunal civil de Rennes en date du 12 mai 1920.

Françoise Valentine Guézille

Mention de l'acte de naissance de Françoise Valentine Guézille, La Guerche

 

La loi du 27 juillet 1917 stipule que les enfants dont le père, la mère ou le soutien de famille est décédé au cours de la guerre, ou encore d'une victime civile tuée par l'ennemi sans être soldat sont pris en charge par l'État et deviennent Pupilles de la Nation. Ce sont aussi des mineurs dont le père, la mère ou le soutien de famille est dans l'incapacité de travailler à cause de blessures ou de maladies contactées au cours de la guerre.

N'ayant pu résoudre cette énigme, je pense que le jugement du tribunal civil de Rennes va prouver qu'Emmanuel et/ou Renée sont considérés comme Mort(s) pour la France. Une autre question reste en suspens : comment se fait-il que la fille Françoise Valentine ne soit pas venue au Canada ?

À suivre ...

 

Sources :

1. Musée virtuel de la Saskatchewan.

2. Archives départementales de l'Ille-et-Vilaine et du Morbihan.

3. Arrivées des étrangers aux ports de l’Atlantique et du Pacifique, 1904 à 1944. Ancestry

5. Archives provinciales de la Saskatchewan.

6. Recensements du Canada de 1911 et 1916.

7. Archives diocésaines de Prince Albert, Saskatchewan.

8. Bibliothèque de l'Université de l'Alberta.

9. Cimetière de Kermaria.

10. Livre d'Or des Réservistes Français du Canada.

 

  Et vous, avez-vous eu des doutes pour une mention Mort pour la France ?

Commentaires   

0 #3 François DEBRAUWERE 28-02-2016 13:56
Bonsoir Hervé,
L'acte de décès d'Emmanuel GUEZILLE à peut être été transcrit en France pour peut que quelqu'un en ai fait la demande au consulat !
Les actes d'état-civil des français de l'étranger sont majoritairement collectés à Nantes.
Plus d'adresse postal mais un formulaire en ligne.
https://pastel.diplomatie.gouv.fr/dali
kenavo
François
Citer
0 #2 Hervé 26-02-2016 21:49
Citation en provenance du commentaire précédent de François DEBRAUWERE :
Bonjour,
Une petite recherche sur le site de l'Office National des Anciens Combattants ... nous en dit un peu plus:
http://www.onac-vg.fr/fr/missions/mentions/
Il me semble que le cas d'Emanuel Guezille justifierai bien de cette inscription surtout que sa fille Françoise est pupille de la nation. Les attendus du jugement devraient être intéressants à consulter mais pas avant 2020.
Dommage que les dénombrements de 1906, 1911, 1921 ne soient pas en ligne au AD 35 et Rennes reste malgré tout un peu loin pour moi (je suis de la Somme 80) Il y a peut être eut transcription du DC d'Emanuel (registre pas en ligne non plus) :(
Bonjour François,
j'ai effectivement pour but de comprendre pourquoi Emmanuel est absent de toutes les listes des Morts pour la France hormis le livre d'or et des monuments aux morts du Canada. J'ai entrepris également d'obtenir le jugement de Pupille de la Nation de Françoise, et sans doute de ses frères et sœurs, le jugement a peut-être été cassé plus tard et non reproduit sur l'acte de naissance. J'ai trouvé Françoise dans les recensements de 1906 et 1911 dans une autre ville, j'en ferai part dans un futur article d'autant plus que je suis depuis en contact avec une descendante de Françoise, juste après toutes les recherches que j'ai faites.
Merci pour votre intérêt de ce sujet :)
Hervé
Citer
+1 #1 François DEBRAUWERE 26-02-2016 17:32
Bonjour,
Une petite recherche sur le site de l'Office National des Anciens Combattants ... nous en dit un peu plus:
http://www.onac-vg.fr/fr/missions/mentions/
Il me semble que le cas d'Emanuel Guezille justifierai bien de cette inscription surtout que sa fille Françoise est pupille de la nation. Les attendus du jugement devraient être intéressants à consulter mais pas avant 2020.
Dommage que les dénombrements de 1906, 1911, 1921 ne soient pas en ligne au AD 35 et Rennes reste malgré tout un peu loin pour moi (je suis de la Somme 80) Il y a peut être eut transcription du DC d'Emanuel (registre pas en ligne non plus) :(
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Recherche

Archives

Powered by mod LCA

Calendrier

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Connexion

En créant un compte sur ce site vous serez automatiquement inscrit à l'infolettre.

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires

Les cookies utilisés sur ce site Internet " La généalogie d'Hervé " servent à faciliter l’utilisation du site en se souvenant de vos préférences et paramètres choisis. Nous utilisons également des cookies pour mieux comprendre comment les visiteurs utilisent le site Internet " La généalogie d'Hervé " .

Si vous voulez en savoir plus, visitez la page de confidentialité.