Various Artists - Sacred Spirit, Shamanic Chant No 5

 Iroquois dans la maison longue - Œuvre de Lewis Parker

Voici une particularité de la langue française n'ayant qu'existé qu'en Amérique du Nord : lorsque les amérindiens ont commencé à se faire baptiser par les différentes missions sur le long du Fleuve Saint-Laurent, les prêtres missionnaires ont été confrontés à la difficulté de la langue amérindienne, en particulier d'un son inconnu de la langue française, un son ressemblant à WOU. Il a alors été défini un nouveau caractère graphique pour l'écrire, le chiffre 8 est venu comme vingt-septième lettre de l'alphabet français, on peut l'apparenter au W anglais.

Cette graphie revient souvent dans les actes officiels des curés, des notaires, etc. Le chiffre 8 sera inscrit à chaque fois que le son sera présent, en voici quelques exemples :

Première page des registres de Yamachiche (Mauricie - Québec) : 8abamachiche pour écrire Wouabmachiche.

 

(Source : registre des B.M.S. de Saint-Anne-d'Yamachiche - 1728)

Cette notation se trouve aussi en caractère d'imprimerie dans les livres de l'époque, voici un extrait, 2ème ligne, lisez woutaouak.

(Extrait d'une lettre de Marie de l'Incarnation à son fils)

Il devient assez aisé de lire un tel mot lorsque le texte est écrit dans son ensemble en français et que l'on reconnait le son wou. La difficulté est toute autre pour lire les actes des ''sauvages'' (amérindiens) d'avant 1700 rédigés en latin. La lecture demande une certaine habitude.

Par exemple quelques actes de 1652 de la paroisse de l'Immaculée-Conception de Trois-Rivières (Mauricie, Québec) ci-dessous, il y en a beaucoup d'autres, le premier mot souligné est 8ra8abik8k8t8, il faut lire Wourawouabikwoukwoutwou. Je vous laisse le soin de lire les suivants.

(Source : registre des B.M.S. de Trois-Rivières - 1652)

Parmi les ancêtres de Chloé, il n'a pas encore trouvé d'amérindiens dans sa lignée !

  Et vous, avez-vous rencontré des caractères spéciaux peu communs ?