La généalogie d'Hervé
" La vie est un pont :
traversez-la mais n'y faites pas votre demeure. "
Sainte Catherine de Sienne
La généalogie d'Hervé
" Le corps se perd dans l'eau, le nom dans la mémoire.
Le temps, qui sur toute ombre en verse une plus noire,
Sur le sombre océan jette le sombre oubli. "
Victor Hugo

Grand-mère a une bonne recette

La galette à la mélasse et au sirop est une recette très populaire au Québec et datant d'il y a longtemps, la grand-mère de Chloé la connait. Les ingrédients sont faciles à trouver et cela demande très peu de préparation, la mélasse remplace le sucre. Toutes les ménagères la connaissent et tous les enfants l'ont mangée au moins une fois. Il n'était pas nécessaire d'être fort en orthographe pour pouvoir la donner à sa fille ou à sa bru.

(Source : Recettes du Québec .ca)

Frère Pétrimoulx, missionnaire peu méticuleux

 

(Récollet ordre éteint, aquarelle. Artiste : Beau, Henri
Crédit : Bibliothèque et Archives Canada / 51373)

Parmi mes recherches dans les paroisses Saint-Joseph de Maskinongé et Saint-Antoine-de-la-Rivière-du-Loup à Louiseville (Mauricie, Québec) faites dans les registres originaux mais aussi dans leurs copies, le prêtre missionnaire de la région pour l'époque de mes recherches était le frère Récollet Dominique Pétrimoulx, il est fils de Pierre et de Marie-Louise Maillou. Il est né le 21 juillet 1735 à Québec. Il est ordonné prêtre récollet le 23 septembre 1758*. Il est vicaire en 1759 à Saint-Antoine, Rivière-du-Loup*. Il est desservant de Yamachiche en 1778*. Il vit en 1789 au couvent de Montréal*. Il est curé en 1796 à Saint-Pierre-du-Portage à L'Assomption*. Il décède le 3 juin 1799. (* Source : Répertoire Général du Clergé Canadien - Auteur: Abbé Cyprien Tanguay - p133)

Engageurs et engagés pour l'Ouest

 

(Source : Musée de la civilisation, fonds d'archives du Séminaire de Québec, Poly. 4, n° 2.)

La traite de la fourrure a commencé en Nouvelle-France avec le troc fait avec les amérindiens sans vraiment d'organisation administrative, la demande étant de plus en plus grandissante pour la cours du Roy et la noblesse parisienne, la consolidation du marché et l'organisation ont été faites grâce au cardinal Richelieu en fondant la Compagnie des Cent Associés, appelée encore la Compagnie de la Nouvelle-France. Plus tard, la traite s'étendit sur la partie septentrionale du continent américain (le Québec, le Mississippi, les Prairies, la Terre de Rupert, et les baies James et d'Hudson). Au moment de la conquête des anglais (1759) prenant petit à petit cette grande région, la traite de la fourrure et le marchandage avec le royaume français était à son apogée, les trappeurs furent obligés d'aller plus à l'ouest du continent. Les prospères trafiquants de fourrures devaient se réorganiser et beaucoup devinrent des employeurs spécialisés, on appelèrent les employeurs les engageurs de voyageurs pour l'Ouest et les employés les engagés voyageurs pour l'Ouest. Ceci n'est qu'un cours résumé de la traite de la fourrure, toute l'histoire se trouve ici.

Décès par noyade

Les décès par noyade sont courants au Québec quelque soit l'époque, en hiver des passages sur la glace sont mis en place et balisés par des arbustes plantés dans celle-ci et permettant ainsi aux iliens de rejoindre la terre ferme, la navigation fluviale étant arrêtée. Aussi la pêche sur glace (pêche blanche) est fréquente, cela permet de varier la nourriture pendant cette longue période d'hiver.


(Source : Musée national des beaux-arts du Québec)

Au début du printemps le dégel (ou la débâcle) au bord du fleuve Saint-Laurent et des lacs fragilise la glace, les gens s'aventurant sur celle-ci prennent des risques. La glace cède sous le poids et brise facilement, une fois le corps immergé il est difficile de sortir de l'eau, la glace n'offre pas de moyen de s'agripper, le corps rentre rapidement en hypothermie et la mort s'en suit rapidement.

Condamnations de Jean Gélinas

Jean Gélinas (Gellineau) est né vers 1646 à Saintes (Charente - France) et s'est engagé à Arnaud Peré (marchand représentant Pierre Boucher) à La Rochelle le 11 mai 1658 avec son père Étienne pour travailler pour Pierre BOUCHER, sieur de Grosbois, en Nouvelle-France. Arnaud Peré convient d'un contrat de 3 ans avec les Gélinas (Jean et Étienne son père) à raison d'un salaire de 108 livres tournois par année et seront logés et nourris chez le sieur Boucher. On suppose qu'il est arrivé le 6 août 1658 à Québec embarqué sur le Taureau parti de La Rochelle (Charente-Maritime).

Il est le SOSA 1632, 3328, 3540 & 3360 aux générations 11 et 12 de Chloé.

Recherche

Archives

Powered by mod LCA

Calendrier

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Connexion

En créant un compte sur ce site vous serez automatiquement inscrit à l'infolettre.

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires

Les cookies utilisés sur ce site Internet " La généalogie d'Hervé " servent à faciliter l’utilisation du site en se souvenant de vos préférences et paramètres choisis. Nous utilisons également des cookies pour mieux comprendre comment les visiteurs utilisent le site Internet " La généalogie d'Hervé " .

Si vous voulez en savoir plus, visitez la page de confidentialité.